Les Monts du lyonnais, région de petites montagne entre Loire et Rhône, proche de la métropole de Lyon.

Alimentation Solidaire

alimentation solidaire

L’alimentation solidaire dans l’épicerie solidaire est un commerce de proximité pour les personnes en difficulté économique. Il s’agit des produits de qualité, mais proposés à 10 % à 30 % de leur valeur marchande dans le commerce classique. L’accès à ce type d’alimentation est cependant réservé à certaines personnes uniquement.

L’alimentation solidaire pour qui ?

Les clients bénéficiaires sont ceux en difficulté économique. Ils sont orientés par les travailleurs sociaux de mairies. Cependant, chacune des épices solidaires a leurs propres conditions d’admissions. Ils doivent souvent être adhérant des associations concernées. L’accès dépend également de leurs conditions de ressources. Mais les alimentations solidaires s’adressent au bénéficiaire du RSA, aux retraités, au jeune en apprentissage, aux travailleurs pauvres, aux familles monoparentales, etc.
Après le paiement de leurs charges mensuelles s’il ne reste que 2 à 10 euros par jour, par personne pour se nourrir, la famille peut accéder à une alimentation solidaire. Si vous faites partie de cette catégorie, vous devez vous adresser à une assistante sociale dans votre secteur. Elle s’occupe uniquement de votre dossier si les critères sont réunis. L’assistante sociale se chargera ensuite de le transmettre à l’épicerie solidaire.

Un accès limité

L’accès à une alimentation solidaire est limité entre 3 à 9 mois. Les économies issues des achats de l’alimentation solidaire, doivent permettre à son bénéficiaire de réaliser des projets comme le paiement des loyers, des crédits ou des factures, la réparation ou l’achat d’un véhicule dans le but de conserver ou d’obtenir un emploi.
En règle générale, l’accès à une alimentation solidaire a pour but d’améliorer une situation personnelle ou familiale. Par ailleurs, les épiceries solidaires ne peuvent pas complètement substituer les magasins classiques. De ce fait, les bénéficiaires ont plus de pouvoir d’achat pour faire le reste de leur achat dans la grande distribution.
Malgré son apparence d’aide, l’alimentation solidaire n’est pas une démarche d’assistanat. Les bénéficiaires paient leurs achats même si c’est seulement symbolique. Ils ont également la possibilité de choisir les produits et aliments à acheter parmi ceux proposés par l’épicerie. C’est une façon de ne pas porter atteinte à leur dignité.

Lieu d'accueil et d'échange

Avant d’être un endroit pour une offre alimentaire solidaire, les épiceries solidaires sont avant tout un lieu d’accueil, d’échange et d’écoute. Certes, elles proposent de l’alimentation, mais leurs coups de pouce sont un moyen d’aborder d’autres questions comme l’éducation, la santé, l’emploi et l’ensemble de vie au quotidien.
Les épiceries organisent pour leurs bénéficiaires de nombreuses activités dans le but justement d’alléger leur quotidien. Cela peut être un atelier de cuisine, des ateliers créatifs et esthétiques, des ateliers enfants parents ou encore des sorties culturelles. Les membres dans une épicerie solidaire sont comme une grande famille. Les ateliers leur permettent de tisser des liens. Ils auront également la possibilité de développer leur compétence dans le but de voler de leurs propres ailes. Les épiceries solidaires ne sont pas uniquement un distributeur alimentaire, mais une aide pour une vie meilleure.

Association alimentation solidaire

L’association Pour une Alimentation Solidaire vise à favoriser l’accès aux produits frais locaux à des habitants du territoire des Monts du Lyonnais dont les ressources ne leur permettraient pas de les acheter au prix de vente habituel.

Pour ce faire, les invendus sont récupérés chez des producteurs solidaires , alors que leurs surplus – liés aux aléas météorologiques ou au défaut de calibrage – sont cueillis, récoltés ou glanés lors de séances collectives associant bénévoles et bénéficiaires. Tous ces produits sont rachetés  aux producteurs et revendus chaque semaine environ 15% du prix de vente habituel.  Ainsi les familles qui sont orientées par les acteurs de l’action sociale  – CCAS, professionnels du social, associations d’aide alimentaire –  bénéficient de légumes et fruits issus de l’agriculture paysanne ou biologique de qualité.

Grâce au partenariat développé avec des structures existantes, ils sont distribués chaque semaine à l’ETAIS à Ste Foy l’Argentière,  au centre socioculturel des Hauts du Lyonnais à St Symphorien sur Coise et au centre socioculturel de Forez en Lyonnais à Chazelles sur Lyon.

ch be lu ca