Les Monts du lyonnais, région de petites montagne entre Loire et Rhône, proche de la métropole de Lyon.

Réseau des territoires à énergie positive (TEPOS)

Agriculture

Créé par le CLER en 2011, le réseau des territoires à énergie positive est un réseau destiné à la transition énergétique. Il est issu d’une initiative conjointe avec six autres territoires et six acteurs locaux. Ses membres sont les territoires souhaitant utiliser les énergies renouvelables pour couvrir leurs besoins énergétiques.

Les protagonistes dans le réseau TEPOS

Le réseau réunit les territoires qui ambitionnent d’intégrer l’énergie dans son plan de développement global et les acteurs collaborateurs aidant à la réalisation des projets. L’intégration au réseau répond à plusieurs objectifs comme :

  • La capitalisation, mutualisation et échanges des différentes expériences de chaque territoire lors des rencontres
  • Le développement des outils, des approches ainsi que des projets communs dans le but d’arriver à la transition énergétique.
  • La promotion des retours d’expérience au niveau des institutions et des pouvoirs publics. Cette action aide à améliorer la réglementation, le financement et la législation de leur action.

Les acteurs principaux et les bénéficiaires des actions du réseau sont les acteurs économiques engagés par le même objectif et les territoires porteurs de plans climat énergétiques ambitieux les acteurs économiques agissent au niveau d’autonomie énergétique, économie circulaire, alimentaire, écologique industrielle ou territoriale.

Le principe de fonctionnement du réseau

Le réseau des territoires à énergie positive réunit les acteurs approuvant la transition énergétique sur leurs territoires. Il comporte trois structures différentes :

  • Les porteurs de projets,
  • Les collectivités locales
  • Et les acteurs en faveur de l’action comme les agences spécialisées, les entreprises, bureau d’étude, associations, etc.


Leur rôle est de définir une ligne de travail stratégique pour le réseau. Ils contrôlent la mise en œuvre et le respect des guides. Ils sont également les décideurs sur la position du réseau en déterminant si oui ou non ce dernier engage son nom et son image dans une action.
Les actions du réseau sont soutenues financièrement par la Commission européenne, le ministère de la transition écologique et solidaire, de la banque des territoires, de l’ADEME, du GRDS et du commissariat général à l’égalité.

Les différentes actions subventionnées par le réseau

Le réseau soutient des actions spécifiques dans sa démarche. Il s’agit en général des actions qui sont en rapport avec l’énergie et l’environnement. Parmi eux, il y a les actions suivantes :

  • diminution de la consommation énergétique dans les foyers et l’espace public ;
  • réduction des pollutions en rapport avec le transport et l’émission des gaz à effets de serre ;
  • gestion pérenne des déchets et le développement de l’économie circulaire ;
  • production des énergies renouvelables au niveau local ;
  • préservation de la biodiversité, la protection des paysages et la promotion de l’urbanisation ;
  • encouragement de l’éducation à l’environnement et la mobilisation locale.

Les acteurs se réunissent chaque année pour échanger leurs expériences. Mais en dehors de cette réunion, le réseau organise des téléconférences avec les agents de collectivités et des élus. Pour une meilleure approche, il utilise des groupes de travail, crée des rapports ainsi que des notes d’analyses des meilleures pratiques utilisées.
Le réseau met également en place des formations pour les publics professionnels. Il émet une lettre d’information mensuelle et met à disposition un espace d’échange et une liste de discussion pour faire passer les informations à l’intérieur du réseau.

ch be lu ca